Divorcons du mariage amical de Facebook

Divorcons du mariage amical de Facebook
Divorcons du mariage amical de Facebook
User Rating: 4.8 (1 votes)

Ok, c’est mon premier article depuis un bail ici, je ne me souviens même plus de la date de ma dernière publication! Je n’ai même pas été prendre connaissance du sujet antérieur au moment d’écrire ces lignes. J’avais envie d’écrire ce soir et de dire plein de choses. Dernièrement, j’ai envie de recommencer à faire des choses que j’ai abandonné il y a quelques années lors de ma séparation, comme par exemple recommencer à jouer de la guitare (ça fait 3 ans que je n’ai pas gratouillé).

Bon, revenons à nos moutons, qu’ai-je fais depuis que j’ai écrit mon dernier article? On aurait besoin de bien des lignes de caractères, je doute que WordPress puisse supporter un aussi grand nombre. Le temps passe, disons que j’ai passé plusieurs de ces lignes du temps sur Facebook. Justement, parlons en ce ça, ce fameux Facebook, le sujet qui m’a donné envie d’écrire ce soir. Facebook, l’endroit par excellence qui sert maintenant à prouver à quelqu’un que l’on est vraiment amis. Vraiment? Depuis Facebook, lorsque l’on a une connaissance en commun, l’un ou l’autre fait une demande d’ami.

Revenons à la base. Dans le dictionnaire Le Larousse, la définition du mot amitié est :

Sentiment d’affection entre deux personnes ; attachement, sympathie qu’une personne témoigne à une autre : Être lié d’amitié avec quelqu’un.

Et ce sentiment d’affection entre deux personnes, en 2016, ça tient à Facebook? Je fais mon mea-culpa : dans mon cas, c’est affirmatif. J’avoue que l’amitié Facebook est devenue une maladie mentale chez moi. Quand je prends le temps d’y réfléchir, je me dit que c’est devenu de la calisse de marde, faut vraiment que ce soit devenu une obsession pour que j’en prennes conscience. Je me croirait être revenu en maternelle, à l’époque pour se faire un ami, nous  demandions à quelqu’un dans notre classe « veux-tu être mon ami, on va aller jouer ensemble », et nous partions s’amuser dans la cour d’école. Mais maintenant, ce sont les demandes d’amis Facebook qui ont remplacé le rituel de la maternelle, et on prends cela un peu beaucoup trop au sérieux. Comme si Facebook était devenu un contrat qui certifie le lien d’amitié entre deux personnes.

Discutons toi et moi ce soir, assoyons-nous et réfléchissons ensemble à voix haute :

Depuis quand l’on se sent obligé d’être ami Facebook pour prouver notre amitié avec quelqu’un? Sommes-nous moins amis avec les gens qui n’ont pas de compte Facebook?

Cette question mérite d’être posée! N’est-ce pas? Regardons autour de nous, on connait tous des gens qui sont devenus dépendants affectifs de Facebook. Avant de se coucher, en se réveillant le matin, aux toilettes, en mangeant, en regardant la télé… nous désirons savoir ce que font nos « amis » en temps réel. On a même plus besoin de se donner des nouvelles, nous les avons (en général) presqu’en temps réel.

Je suis un homme qui a des portions de vie un peu aléatoires, mon humeur joue au yoyo à certaines périodes. J’ai des semaines que je suis heureux, tout va bien et d’autres où je suis down, je me renferme comme une huitre. Bien entendu, mon cerveau subit des flammèches lorsque ça arrive et cette semaine j’ai retiré l’amitié de quelques personnes que je croyais être importantes dans ma vie. Erreur? Ras-le-bol? Trahisons? J’avais différentes raisons de ne plus vouloir discuter avec ces personnes sur Facebook. Évidemment ces personnes l’ont mal pris et je les comprends, c’était un affront totalement questionnable. Toutes ces personnes ont cru que je ne désirais plus de contacts avec elles, alors qu’il n’en était rien. C’est là que ce soir, la réflexion suivante m’est venue par la tête : « L’amitié ne tient-elle que sur la fragilité d’un site Internet? Ce site qui permet de garder le contact et de communiquer 24h sur 24? » Évidemment ces personnes aujourd’hui, soit elles m’en veulent, soit mon comportement était non acceptable, soit qu’un jour à agir ainsi je me retrouverai seul, d’autres n’ont rien dit sans même chercher à comprendre ce que je ressentais.

En conclusion, j’ai pris conscience ce soir, 22h23, que Facebook n’est qu’un site Internet et que j’en suis dépendant. Oh, je n’ai pas dit que c’était un problème en soi, je n’ai que réalisé que je dois le prendre de moins en moins comme preuve d’amitié. Parce qu’au fait, les vrais amis n’en tiennent pas rigueur que l’on se voit aux semaines, mois, années… comme si l’on s’était vus la veille.

Je suis un passionné de technologie surtout les produits Apple, sarcastique, taquin, Guinness, heureux papa de deux filles que j’adore. TDAh. Je désire devenir Photographe un jour avec une Canon.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*