Je ne suis pas… un V.V. (violent virtuel)

Je ne suis pas… un V.V. (violent virtuel)
Je ne suis pas… un V.V. (violent virtuel)
User Rating: 0 (0 votes)

« La violence engendre la violence! »     -Eschyle

La violence intérieure a une durée de vie… Moi, ça s’est terminé avec l’arrivée des enfants dans ma vie. Avant, je me battais dans les bars, sur la patinoire… Je frappais même des gens dans mesfache2 rêves! La vie est peut-être un combat, mais il faut avouer que mon style de vie à la John Kordic ne m’allait pas très bien. En tout cas, je n’étais pas bien! Parce que même si j’ai gagné la presque totalité de mes bagarres, une petite voix me parlait au fond de moi à chaque fois… Elle me disait que dans chaque bataille, il n’y a pas de gagnant, mais bien deux perdants! Quand tu es jeune, tu trouves que cette phrase est ridicule… chochotte même! Avec la sagesse (tousse, tousse!), elle s’applique quotidiennement! Sauf sur les réseaux sociaux… là, elle s’applique en tout temps et pour tous les âges! Ce sont les V.V. ou si vous préférez, les violents virtuels! Une génération qui chiale plus et qui s’assume moins!

Pourquoi? Parce que la justice québécoise est tellement miséricordieuse avec les accusés que les gens deviennent agressifs sur le Web. Et je les comprends! Prenons par exemple le cas de Guy Turcotte… Le fait qu’il ait tué ces (je ne suis pas capable d’écrire « SES » ici, désolé!) deux enfants de sang-froid, qu’il ait passé pour un débile léger aux yeux de la justice et qu’il soit maintenant libre même s’il représente encore un « danger » pour la société est DÉCOURAGEANT… Aujourd’hui, un ami a écrit sur Twitter : « Si vous croisez Guy Turcotte dans la rue, que faites-vous? 1- L’ignorer 2- Le pointer du doigt en criant son nom ou 3- L’invectiver publiquement? » La meilleure réponse est probablement la première, mais tout le monde, virtuellement, répond la troisième! Concrètement, le feriez-vous ou si c’est seulement de la violence virtuelle? Commencez-vous à faire la différence? Non?

Expliquons-nous autrement… Vous marchez dans la rue. Vous entendez des coups de feu… que faites-vous? Vous vous mettez à l’abri. C’est normal, on n’est pas des superhéros! C’est un geste de survie qui est naturel parce qu’on pense à notre propre vie et celle de notre famille avant celle des autres. Et pourtant, le lendemain lorsque la nouvelle sortira dans les médias sociaux, il y a encore des gens qui écriront sur Facebook : « Ah, si j’avais été là, je serais intervenu! » Yeah right! Combien de fois avez-vous été témoins d’injustices et de violence dans votre vie? Combien de fois êtes-vous intervenus concrètement? Lors du « printemps érable », combien de manifestants ont vu les membres du Black Bloc faire des dégâts? Combien sont réellement intervenus? Et pourtant, dans les réseaux sociaux, il y avait beaucoup de V.V. contre les policiers et les matricules de toutes sortes!

À une certaine époque, j’ai été un violent virtuel. Avec mon blogue personnel et celui du Stupidarium, je criais haut et fort ce que bien des gens pensaient tout bas. Je pointais tout le monde avec une facilité déconcertante! Je me trouvais même brave de le faire sous mon vrai nom alors qu’une majorité de violents virtuels va le faire anonymement. Finalement, comme ma violence intérieure, cette V.V. est partie toute seule. Et là, je ne veux pas dire qu’on n’a pas le droit d’écrire ce que l’on pense sur Twitter. Au contraire! C’est bien de laisser aller ses émotions propres… et non celles que l’on ne peut assumer! Pour revenir au cas de Guy Turcotte, je trouve que c’est terrible ce qu’il a fait à ces deux pauvres enfants, mais en vrai, il ne m’a rien enlevé à moi! Intérieurement, je le déteste et il ne deviendra jamais mon ami, mais je n’ai pas le goût de le juger sur la place publique si je le croise. Je continuerai mon chemin en pensant à MES ENFANTS et en me disant : « Pauvre gars, c’est vraiment une merde qui a perdu sa vie! » La mienne continue et je n’ai pas le temps de la perdre à insulter quelqu’un que je ne connais pas! Get over it!

Si par contre quelqu’un fait du mal à ma famille, vous pouvez me croire que je ne serai pas virtuel… Je ferai comme Arnold Schwarzenegger dans Commando et je m’occuperais du responsable avant que la justice ne l’envoie dans un Club Med. Ce n’est pas bien de l’écrire ici, mais c’est ce que je ferais réellement! Je vous le jure. C’est même une promesse! Donc, les maniaques de ce monde, tenez-vous loin de ma bulle et de famille, OK? Héhé (à prendre avec un peu d’humour aussi)! Finalement, oui, la violence engendre la violence! Cette violence qui semble être disparue à l’intérieur et qui revient l’instant d’une mauvaise nouvelle. Mais les violents virtuels restent virtuels. Les plus dangereux sont ceux qui n’écrivent rien… sur ce, je me tais! Sinon, je risque de passer pour un violent virtuel! 😉

Animateur du podcast le Super Matozoïde (@matoradio) le jeudi soir à 20h (radioh2o.ca), je suis également blogueur, réalisateur, pigiste, humoriste et pornstar! Je me considère toujours comme le plus beau de tous les hommes laids de la planète!

2 Comments

  1. Voilà qui est franchement à l’opposé de ma philosophie de vie.
    Pour tout ce qui est violence collective, je considère que nous avons des politiques et des policiers pour régler le problème. S’ils ne le font pas, c’est à eux que je m’en prends, et à eux seuls.
    Si je suis témoin de violence individuelle, soit je règle le problème tout seul si je peux, dans le respect de la loi, car je suis dans un état de droit et non au far west, ou alors j’appelle la police. Personne ne peut s’en prendre a un enfant devant moi sans que j’intervienne directement.
    Pour ce qui est de la philosophie, je suis non-violent et je l’assume. Que chacun assume ses contradictions… quand je lis « je ne suis pas violent sauf… », ou « mais », je vois quelqu’un qui est en contradiction avec lui même et qui ne l’assume pas…

    • lol, content que tu as reconnu mes contradictions parce qu’elles étaient voulues. Avec des titres comme « Je suis… » et « Je ne suis pas… » c’est pas évident d’écrire sarcastiquement dans l,une seule des directions. Je suis humain après tout et mon texte se veut plus sarcastique que ce que je dénonce réellement dedans. Elle est là la « twist »… lol Les plus fermé d’esprit vont penser que je suis moralisateur alors que dans le fond, mes contradictions voulues c’est pour rire! J’suis quand même plus intelligent que ca!

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*