Le Défi écureuil

Le Défi écureuil
User Rating: 0 (0 votes)

Par un beau jour ensoleillé (c’est toujours mieux dans ce temps-là, les émotions sont plus vives), je me suis mise à divaguer sur ma vie et mes habitudes de consommation. J’avais été tentée d’acheter un beau bracelet tennis qui brille pis toute, et finalement, je ne l’ai pas acheté parce qu’il n’y en avait plus en stock. L’affaire, c’est que je ne porte pas de bijou. Ou si peu. Je trouve que c’est bien du trouble, et honnêtement, j’oublie simplement de les porter. Bref, je suis passée à « ça » d’acheter quelque chose dont je n’avais pas besoin, qui ne me représente pas.

Petite confession ici : je suis acheteuse compulsive. J’accumule plein de choses « au cas où ». Mon frigo déborde, mes armoires sont des jeux Tetris ambulants, mes tiroirs sont lourds et je ne me rends jamais au fond. Tsé, l’écureuil qui cache des noix partout sur votre terrain? C’est moi. Mais je ne mords pas, et je suis propre, promis. Je pense que s’il y avait une guerre, je pourrais survivre pendant des mois.

Revenons donc à cette fameuse journée ensoleillée. Je me suis lancé un défi, celui de « faire taire l’écureuil en moi » et ne rien acheter de matériel pendant trente jours. Pas de nouveau CD, DVD, chandail, etc. J’ai décidé également d’éviter les restaurants (sans toutefois refuser les invitations, je ne suis pas rendue asociale, quand même).

Comme pour une opération à cœur ouvert, les premières 48 heures ont été critiques! J’en ai fait une obsession au début, et puis je me suis calmée. Et plus les jours passaient, moins j’y pensais. J’ai même réussi à aller chez Costco et n’acheter que quelques articles d’épicerie (je ne savais même pas qu’en bas de 200 $, on n’a pas à signer le reçu de carte de crédit, ça vous donne une idée!).

Je ne me suis pas si mal tirée, non?

Autre confession ici : J’ai fait une seule entorse à mon défi, mais je peux la justifier. J’ai acheté une machine espresso qui était à plus de 50 % de réduction. Ce n’est pas un achat impulsif, j’attendais cette promotion depuis des semaines. Pour me punir, je n’ai pas touché à la machine, je n’ai même pas ouvert la boîte. Je ne pourrai pas en jouir (les amoureux du café comprennent mon choix de mots) avant le 20 septembre. Alors, j’attends, patiemment, comme un enfant à Noël (ou à son anniversaire, ça fait plus laïc, tsé).

Il me reste deux jours, et je pense bien y arriver… surtout que je pars en voyage dans quatre jours héhé! Je suis pleine de contradictions, ça me rend attachante.

Et vous, avez-vous des tendances écureuil? Seriez-vous prêts à ne pas cacher de noix partout pendant 30 jours? Ou bien, l’hiver s’en vient, en avez-vous caché assez?

Je partage mes noix

Je partage mes noix

Pleine d’humour (surtout si je suis bourrée) et de contradictions (j’aime le thé et le café, le jour et la nuit, enfin vous voyez), je suis du domaine linguistique professionnellement (traductrice) et sentimentalement (mon amour du français est aussi grand que mon amour du polyglottisme). J’ai l’air érudit à sortir des mots à 100 $ comme « polyglottisme » (pas pire au Scrabble celui-là), mais je ris comme belette au mot « pet », et je me gausse quand ça rime en crime. Humblement ici pour m’amuser, expérimenter et divertir un peu. Aucune ligne directrice ou plan déterminé. Sur un nowhere rédactionnel. Folle de même.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*